jeudi 5 septembre 2013

Le mil sera beau dans la plaine (par Pascal Djimoguinan)


            Aujourd’hui, l’exode rural a atteint au Tchad des proportions incroyables. Jusque-là, aucune politique n’arrive à trouver des solutions alternatives. Au contraire, tout semble vouloir encourager les jeunes à partir des villages vers les villes, même s’il n y a pas du travail pour tout le monde.

            Pourquoi vouloir vivre une amnésie et ne pas se souvenir de ce qui a pu marcher autrefois. Dans les premiers jours de l’indépendance, tout un travail d’accompagnement du monde paysan  a été fait avec succès par la JAC (Jeunesse Agricole Chrétienne). Cela a favorisé l’introduction de la culture attelée, avec les progrès qui l’ont accompagnée. Qui se rappelle encore aujourd’hui la fameuse chanson que la JAC a laissée ? Comme souvenir pour les jeunes qui ne la connaissent pas, nous la reproduisons ici :
        
Jeunesse tchadienne

Soyons tous unis

Ta main dans la mienne

Marchons mon ami

 

1 Le mil sera beau dans la plaine

Ami si tu viens avec moi

Unis tous les deux dans la peine

Unis tous les deux dans la joie

2 Pourquoi donc traîner dans la ville

Quand la terre a besoin de toi ?

Pourquoi tes deux bras inutiles

Ami viens aux champs avec moi

3 Ami nous tracerons la route

 De ton village jusqu’au mien

Nous unirons quoiqu’il en coûte

Entre eux les villages tchadiens

4 De l’eau pure en nos calebasses

Chassons au loin la maladie

Près des arbres de la grand-place

Ami nous creuserons le puits

5 Salut ô pays de mon père

Voici que je reviens vers toi

J’avais le regret de ma terre

Je veux vivre et mourir chez toi

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire